Ce soir, c’est la réunion annuelle !

Ce soir, la réunion annuelle de l’entreprise doit se tenir dans cette salle.

Chacun s’affaire, court d’un côté, de l’autre, traverse les pièces les bras chargés, interpelle quelqu’un à la recherche d’un objet, consulte ses notes pour vérification, rectifie un alignement, dispose ce qui a déjà été préparé…

Y aura-t-il suffisamment de places assises ? Les flyers sont-ils bien en évidence ? Le micro du pupitre a-t-il été testé ? Quel est l’ordre de passage, déjà ? Le mec de la vidéo, il est arrivé ? A-t-on pensé à disposer les verres pour le cocktail ?

Tout doit être en place et impeccable dans moins d’une heure et il y a encore tellement de choses à faire…

L’ambiance est électrique : la moindre contrariété explose aux oreilles de tous, on s’apostrophe, on se crie dessus (seraient-ils sourds ?). Les gestes sont affolés, les regards paniqués, les cadences précipitées…Vite, vite, vite !

Pourtant, personne n’a remarqué celui qui est entré « incognito » par la porte de derrière, personne ne le reconnait : il s’est coulé très discrètement dans l’agitation générale, et s’est élancé au même rythme qu’eux, juste pour ne pas se faire remarquer.

Il adore s’inviter ainsi à l’improviste, surtout quand l’atmosphère est survoltée et que l’effervescence est à son comble.

Il commence par observer la scène et choisir ses futures proies, avec délectation, celles qui ne risquent pas de le débusquer quand il s’approchera d’elles. Il passe en revue les personnes présentes, les scrutant attentivement.

Mais son dada, ce qui le motive avant tout, c’est sa façon de déranger l’ordre – ou le désordre – établi : bousculer ces braves gens, les faire bredouiller, se tromper, s’emmêler les pinceaux, trébucher, suer à grosses gouttes, les rendre fiévreux, les mettre dans l’embarras…Il y a tellement de façon d’intervenir !

En fait, son but est de perturber le déroulement de l’organisation minutieusement mise au point. Et plus elle est stricte, plus il s’amuse à faire accélérer les mouvements, les pensées, à embrouiller ses victimes, à les perturber ou, victoire absolue, les ridiculiser…

Comment procède-t-il ? Il s’accroche à leurs basques, tout simplement et il tient très longtemps à ce petit jeu, parfois plusieurs jours quand le sujet s’y prête bien.

Mais il lui arrive aussi d’être en échec, avec certains : ces proies-là gardent leur calme (extérieur et intérieur). Jamais elles ne se déstabilisent. Elles arrivent à être sereines en toutes circonstances, à avoir des gestes posés, des paroles énoncées distinctement, sans précipitation, des décisions rapides et justes. Elles semblent analyser les situations problématiques d’un seul coup d’œil et prendre rapidement le recul nécessaire.

Il a beau faire plusieurs tentatives d’accrochage sur ces dernières, il n’arrive pas à prendre la main sur leurs comportements, leur diction ou leur regard

Impressionnant : on les remarque facilement tellement elles agissent différemment, comment font-elles ?

 

 

…Plus loin, dans l’histoire, on apprend le nom de ce mystérieux inconnu : M. STRESS

Certaines personnes calmes lui expliquent alors les exercices qu’elles pratiquent régulièrement, voire quotidiennement, et qui leur permettent de mettre leur calme au profit de l’organisation de la réunion. Elles racontent qu’elles sont comme entourées d’un « bouclier anti-stress », pendant quelques heures après leur pratique et qu’elles peuvent ainsi être en pleine possession de leurs moyens dans leurs activités !

Elles utilisent la Cohérence Cardiaque : elles savent comment l’activer d’elles-mêmes et trouvent toujours un moment tranquille dans la journée ou avant un évènement sensible pour en bénéficier.

Tentant, n’est-ce-pas ?

Si vous êtes sur Nantes (44) et que vous souhaitiez aussi à briller par votre calme, contactez-moi ici

 

Be Sociable, Share!