Bien être au travail

De tout temps, le travail a été, et est encore, source de bien-être, de joie, de plénitude, voire de plaisir.

Aimer son métier, son travail, ses conditions d’exécution, son environnement, ses collègues…, apprécier le juste rendu du service procuré, s’estimer être rémunéré-e correctement, souhaiter faire perdurer ou transmettre son activité… En deux mots : s’y épanouir !

C’est d’ailleurs facile à repérer, cela se lit sur son visage, ses attitudes : la personne est détendue, à l’aise dans ses mouvements, souriante bien souvent, tenant à cœur de remplir au mieux sa mission et appréciée de sa hiérarchie pour son efficacité.

En 2016,un peu plus de 7 employé-e-s sur 10 se disaient satisfaits quant à leur bien-être au travail : qu’en pensez-vous ?

Est-ce le reflet de votre propre réalité ?

Je suppose que non, puisque vous êtes parvenu jusqu’ici.

Un changement d’attitude, le manque d’intérêt, d’entrain, de motivation voire d’assiduité, un certain détachement par rapport à l’activité de l’entreprise… peuvent être des signes de mal-être personnel.

Il peut  avoir de multiples origines, être multi-contextuel, puiser ses sources à un niveau personnel, organisationnel ou encore, provenir d’une défaillance du collectif de travail.

Alors, que vous faudrait-il pour qu’il en soit autrement ? Qu’attendez-vous, qu’espérez-vous de votre travail ?

Peut-être suffirait-il de peu de choses pour que la situation s’améliore, pour vous redonner un regain de dynamisme et d’initiative.

Peut-être aussi songez-vous, de plus en plus souvent, à quitter cet emploi, voire cette entreprise, ou à fouiller les annonces ou les offres proposées en interne ou en externe ?

Cela fait quelque temps que ça dure, vous pensiez prendre votre décision en toute sérénité et depuis, vous tournez en rond, vous ne savez quelle option privilégier, vous ne savez plus où vous en êtes. Par quel bout commencer ?

Bilan de compétence ? Formation courte ou longue ? Cours du soir ? Démission ? Rupture conventionnelle ? Licenciement ? Quels organismes consulter ? Avec quel financement ?

Vous avez certainement besoin d’un regard extérieur à la situation, sans lien avec vos intérêts, sans complaisance non plus ; quelqu’un qui vous aiderait à y voir plus clair dans vos idées, à examiner la situation avec réalisme, posément.

C’est un exercice difficile à faire seul, même bien entraîné : on a ses propres limites, ses propres obsessions, sa façon d’observer, d’organiser. Inconsciemment, on s’empresse d’éviter soigneusement là où ça fait mal d’aller voir. C’est normal.

« Tiens, j’y ai pas pensé ! »       « Ah ! je ne l’avais pas vu comme ça ! »       « Les bras m’en tombent…mais c’est vrai ! »

Vous pourriez peut-être vous faire aider par un parent ou un ami, mais il ne peut être impartial : l’humain est ainsi fait qu’il est facilement influençable par ses propres ressentis, ses propres affects, les vôtres, ceux de proches.

Il peut vous écouter, favoriser votre introspection, mais osera-t-il risquer une brouille ?  S’opposer à vous ? A vous contredire ?
Spontanément, il a sa propre histoire, ses expériences, ses capacités et il est fréquent qu’il conseille alors ce qu’il ferait lui-même, dans ce cas de figure : est-ce vraiment ce que vous souhaitez entendre ?

Un professionnel de l’accompagnement sait faire la part des choses, s’il a travaillé sur lui auparavant.
Il vous aidera à prendre de la distance par rapport à votre vécu, à relativiser ce qui peut vous paraître insurmontable, surtout s’il est passé par là, lui aussi.

De l’impasse où vous semblez vous trouver, il vous permettra de changer votre regard sur la situation et d’envisager une nouvelle piste à explorer, et puis peut-être une autre, voire une autre encore.

Je peux vous aider à traverser ce passage vers un nouveau demain.

Prenez rendez-vous ou contactez-moi ici pour une première approche.

Be Sociable, Share!